Qui a du courage managérial ?

LE COURAGE MANAGERIAL

Nelson MANDELA disait : ” le courage, ce n’est pas l’absence de peurs mais plutôt la capacité de faire face à celles-ci.” Dans ce contexte, il est nécessaire de se demander ce qui nous fait peur dans l’acte managérial afin de trouver le courage.

Connaissez-vous cette qualité essentielle du manager et pourquoi s’y intéresser ?

En effet, l’une des principales qualités attendues d’un manager est de prendre des décisions. Et décider nécessite du courage : parfois, pour imposer un axe impopulaire au sein de son équipe et d’autres fois pour soutenir son équipe auprès de la direction. 

Cette même qualité est celle qui permet à tout managé de se sentir soutenu et compris, celle qui permet au manager de se réaliser dans ce métier dédié aux autres, celle qui permet à l’entreprise de performer. Je le répéterai toujours : une entreprise est performante quand ses collaborateurs le sont et lui sont attachés. On se voue souvent à l’entreprise par l’intermédiaire des personnes qui nous y font rester : nos managers &/ou nos collègues.

Je vous rappelle qu’un départ sur 2 en entreprise est du à une relation estimée mauvaise avec son manager… Vous savez ce que cela insinue ? >> Des conséquences et des enjeux pour l’ensemble de l’entreprise en termes de compétences, mais aussi humains et financiers.

Et si la réponse à ces choix coûteux pour l’entreprise passaient par prendre ses responsabilités, toutes ses responsabilités & rien que ses responsabilités ?

Le courage managérial est une nécessité quand on est manager : pour défendre son équipe ou la promouvoir et appliquer les décisions de la direction même si elles ne sont pas populaires.

C’est donc tout d’abord le courage de prendre des décisions. Un mauvais manager est souvent jugé ainsi car il ne s’engage pas et ne prend pas de décision, il fait donc tourner en rond. Sauf que prendre des décisions demande du courage. Un truc pourrait être de se souvenir de la raison qui nous a poussé à prendre cette décision le « pour ». Car les conséquences collatérales ne sont jamais visées et choisies. Cela peut passer par la procrastination des décisions. (cf mon billet sur ce sujet…)

Ce courage est aussi nécessaire lorsqu’il s’agit de donner à son équipe ce dont ils ont besoin et pas nécessairement ce qu’ils expriment comme tel… & Juste ce dont ils ont besoin eux, pas ce dont on voudrait recevoir à leur place !

Et bien sûr : c’est aussi le courage de faire confiance et de déléguer (d’autant plus difficile suite à promotion managériale car on connait d’autant plus les travers professionnels de chacun). En tous cas, c’est d’essayer… Attention : déléguer c’est de confier la responsabilité d’une tâche à un membre de son équipe et vérifier que l’objectif a été correctement atteint.

C’est enfin et surtout de poser un cadre et s’y tenir. De mettre de la liberté dans des objectifs à atteindre mais aussi de remettre les manquements inacceptables dans ce cadre quand nécessaire. Cela amènera de la justesse et de l’équité dans ses relations.

Bien sûr, il est capital de rappeler qu’un manager est jaugé & évalué par tous sur sa capacité à réaliser son métier de manager. Il devra donc choisir ses combats et accepter de ne pas être consensuel. S’il accepte

Alors, que faire ?

L’entreprise doit bien sur former ses managers mais également les encourager à prendre leurs responsabilités. Au plus près des collaborateurs, ils sont ceux par qui les solutions peuvent arriver et donc ceux qui doivent le faire savoir.

Au manager d’avoir le courage d’être lui-même : avec ses peurs à dépasser et ses responsabilités à assumer, dans le respect de ses valeurs et des attentes de tous.

Quoi qu’il en soit, être manager nécessite courage et engagement alors ” engagez-vous qu’y disaient ” ! Vous avez tout à y gagner… Qui connaissez-vous qui a du courage managérial ? Et vous, en avez-vous ?

RCV

Des questions ? Une expérience ou réflexion à partager ? Commentez ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *